Les contrevents

Bernard Auriol

Le contrevent traditionnel de l’architecture rurale est composé de deux ou trois planches assemblées à rainures et languette, et maintenues par deux ou trois traverses à assemblage droit ou en queue d’aronde. La forme des traverses est parfois en queue de billard et présente un sifflet.

Ce contrevent traditionnel, de faible hauteur mais relativement épais, ne nécessite pas l’emploi d’une écharpe transversale comme on en voit sur les panneaux standardisés de type « Z ».

Les pentures et les traverses sont le plus souvent placées sur la face rabattue contre le mur. Ouvert, le contrevent présente une surface lisse qui permet un meilleur ruissellement des eaux de pluie. La penture inférieure est parfois forgée et posée avec une légère inclinaison afin d’éviter l’affaissement des contrevents.

Dans les villages et sur les façades des maisons bourgeoises, les contrevents peuvent être à persiennes pour laisser filtrer la lumière.

Enfin dans des maisons anciennes de qualité ou sur des façades étroites, on trouve des volets
(intérieurs), droits ou à rabat, qui viennent s’encastrer dans l’embrasure de la fenêtre.

Le même système peut comporter des volets extérieurs et non intérieurs.

Les volets lorsqu'ils font corps avec la fenêtre sont munis de deux tenons métalliques qui, lors de la fermeture, s'encastrent dans les deux mortaises dont est muni le bois de la fenêtre.

Les exemples que nous en connaissons laissent le volet à l'extérieur par rapport aux vitres de la fenêtre, mais le dispositif à volet interne par rapport à la vitre, quoique moins logique en pays ensoleillé, existe aussi.

Google
  Web "les petites toulousaines"    


Psychosonique Yogathérapie Psychanalyse & Psychothérapie Dynamique des groupes Eléments Personnels

© Copyright Bernard AURIOL (email : )

19 Juin 2008