Les signes toulousains

D’après Claude Rivals

(extrait de  Midi toulousain et pyrénéen, collection "L'architecture rurale française, corpus des genres, des types et des variantes, Musée national des arts et traditions populaires" », Berger-Levrault, 1979, pp.59-60).

Les textes et figures issus de cet ouvrage sont publiés ici

 avec l'aimable autorisation des ayants droit de Claude RIVALS

(…)

Outre la gamme des matériaux, avec la dominance des briques et des galets, on relève sans peine de nombreux autres traits communs.

Détails de l'architecture

1. Chaînages d'angles et encadrements des portes et fenêtres (photo 1) : ils sont toujours en briques pleines traditionnelles, leurs su­perpositions faisant alterner longueurs et largeurs.

2. Linteaux de portes et fenêtres :ils sont rectilignes, bien que formés par des briques obliques symétriquement disposées de part et d'autre d'une clé (linteau en plate‑bande); ou bien la porte (parfois les fenêtres) s'ouvre sous un plein cintre garni d'une imposte de vitres en couleurs. Les piédroits des portes peuvent selon la mode être moulurés; pas de linteaux ni de cadres en bois.

3. Portes et contrevents: ils peuvent être de facture très simple : planches assemblées ou non, clouées sur cadre et traverses, face extérieure avec ou sans couvre‑joints. Néanmoins, les contrevents à traverses et échar­pes (en Z) sont nombreux aussi.

4. Le remplissage des surfaces entre les fenêtres: il est fait en lits de galets roulés, plus ou moins calibrés, à l'inclinaison régulièrement al­ternée. Assez souvent subsistent, dans les murs non crépis, les « trous barriers » rappelant l'emplacement des barres d'échafaudage, ils sont encadrés de briques.

Photo1 (A Gauche) :
Taunac, la maison du meunier

Photo2 (A Droite) :
 un oculus (Launaguet)

Détails de décoration

1. Cordons ou bandeaux soulignent l'horizontale, alors que portes et fenêtres impriment un rythme de verticales; comme les corniches sous la faible avancée du toit, ils sont obtenus grâce à un petit nombre de modèles de briques à bord droit, rond ou creux (MT 03).

2. Le registre supérieur, entre cordon et corniche, est percé d'oculus (photo 2) de formes et dimensions diverses (trous d'aération du grenier) :

-          ouvertures carrées ou rectangulaires fermées de volets simples (fenes­trous);

-          plus rarement arceaux ouverts ou mirandes visibles en ville mais aussi à la campagne dans les villages;

-          oculi en losanges, en triangles, en rectangles pointus, etc. présentent un trait commun : une approximative équilatéralité; c'est la brique stan­dard qui fournit le côté;

-          lunes ou demi‑lunes (plein cintre en briques)

-          ou bien hexagones (ou même polygones étoilés) obtenues par superposition de briques réguliè­rement décalées;

-          oculus ronds de petit diamètre ornés de rosaces de terre cuite : motifs à lobes multiples, à motifs végétaux plus ou moins stylisés, rayonnants.


Jours en briques foraines

3. Des frises à motifs variés s'implantent sur la corniche du toit, dissimu­lant ainsi les chéneaux. En principe chacune est formée d'un seul motif répété en ribambelle, mais on a parfois recherché l'alternance. Nous avons reconnu des motifs végétaux (feuilles, fleurs), des croissant couchés, des bustes d'hommes (Bacchus?), des bustes de femmes (avec lyre), des chevaux‑poissons par couples affrontés/adossés, etc.

Home :
Les Petites Toulousaines

 

 

Google
  Web les petites toulousaines   


Google
  Web "les petites toulousaines"   

Psychosonique Yogathérapie Psychanalyse & Psychothérapie Dynamique des groupes Eléments Personnels

© Copyright Bernard AURIOL (email = auriol @ free . fr)

dernière mise à jour le

19 Juin 2008